Une sale journée

Hier matin j’ai accompagné mes microbes à l’école, les gens avaient le sourire, les enfants étaient contents de ce dernier jour, ma grande râlait un peu parce qu’il pleuvait et que la cantine « pique-nique » serait surement annulée…

Chacune des deux avait une rose pour sa maîtresse, c’était la première fois que je faisais l’effort, c’était important pour moi aussi de leur dire qu’elles avaient fait un travail formidable avec mes microbes. Ma grande a eu la même maîtresse en ce2/CM1, une maîtresse attentive qui écrit de vraies appréciations personnalisées, et qui a su m’écouter  et désamorcer la situation quand Cruella a embêté ma fille. Mon deuxième microbe a eu la même maîtresse aussi pendant 2 ans, moyenne et grande section de maternelle, elle est douce, patiente et sait faire preuve de fermeté tout ce dont avait besoin le microbe n°2…Elle était toute gênée quand la poulette lui a donné sa rose, je n’ai rien dit à ce moment là et je me suis contentée de sourire.

Puis je suis allée attendre les résultats du bac avec mes terminales, l’une d’entre eux (avec d’autres filles) m’a offert une rose et du chocolat car elles connaissaient ma gourmandise légendaire…J’ai été très touchée, j’avais les larmes aux yeux, elles m’ont remerciée pour le travail fait, j’étais gênée aussi, mais ça m’a fait tellement plaisir…

Je suis montée dans ma voiture toujours le sourire aux lèvres, j’ai allumé la radio et écouté les informations. Là je n’ai plus sourit du tout, j’ai même pleuré : une institutrice de 34 ans poignardé devant ses élèves.

J’ai pensé aux maîtresses de mes filles, à mes élèves, aux railleries constantes quand on dit qu’on travaille dans l’éducation nationale, à la fierté de mon père mécanicien que sa fille soit prof, à l’énergie qu’on dépense sans compter pour les enfants des autres…

Quand j’ai récupéré le microbe  n°2 hier soir à la sortie, je me suis jointe à une autre maman pour remercier personnellement sa maîtresse, je lui ai combien le travail qu’elle avait fait avec ma fille avait été important et profitable pour elle. Elle a tenté une esquive « non c’est rien c’est normal », j’ai insisté et lui ai même fait la bise.

Non ce n’est pas rien, et je suis bien placée pour le savoir.

Aujourd’hui toutes mes pensées vont vers cette institutrice, ses enfants, son compagnon, sa famille, ses amis et ses petits élèves…

Je suis triste et un peu en colère aussi.

Publicités

Publié le 5 juillet 2014, dans Humeurs. Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. Je sais que je t’ai déjà écris à ce sujet, mais je réitère mes paroles en disant que chacun de nous devrais avoir le respect du corps enseignant dans son ensemble…
    le temps est mal choisis pour un débat sur ce sujet, mais ça mériterait qu’on s’y attarde sérieusement, un sacré problème de société je pense.
    Mes pensées vont pour l’instant à la famille et aux proches de cette institutrice, ainsi qu’à toi
    Bisesss

    J'aime

  2. il y a de quoi être triste et en colère effectivement
    non seulement, une famille est détruite mais les pauvres gamins qui ont assisté à la scène vont être complètement traumatisés..

    J'aime

Quelque chose à me dire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :