Celle qui émergeait lentement

Et oui ami lecteur, tu lis bien j’émerge.

J’imagine, et c’est légitime, que tu  te demandes (aujourd’hui c’est lundi je suis familière et je te tutoie)  de quoi j’émerge…

Sans vouloir tomber dans une séance de psychothérapie à deux balles (est ce qu’on dit toujours des balles même pour les euros ?) digne de cette grande émission qu’est Confessions Intimes, disons que j’émerge de la rentrée.

Et c’est tout ?! S’interroge et s’exclame indigné le lecteur impatient qui attendait quelque chose de plus croustillant ?

En fait il m’est arrivé quelque chose de très curieux, ça s’appelle : le lâcher prise.

Je suis plutôt du genre :  peu d’improvisation (je suis capable de planifier des sorties spontanées, c’est dire !), tout est sous contrôle, en général je prépare la rentrée dès mi-août de façon à ce que mes cours soient tous prêts (dans les grandes lignes bien sûr, je m’adapte aux élèves ensuite) jusqu’au vacances de la Toussaint.

Mais voilà, la quarantaine, de belles vacances, un cheminement personnel qui avance et j’ai totalement lâché prise, peut-être pour la première fois de ma vie.

La rentrée a donc été un choc violent, réellement violent, tellement que je me suis offert des angoisses pendant presque 3 semaines. Pourtant j’ai des élèves plutôt sympas, des copines-collègues adorables (mais chut………il ne faut pas leur dire elles prendraient la grosse tête), des projets pédagogiques toujours intéressants mais je me suis retrouvée à me lever dans l’angoisse chaque matin.

Ce satané Lâcher prise, je vous dis ! Grâce à lui ma vie personnelle est devenue plus forte, plus brillante comme si au lieu de regarder le monde au travers de mes Ray-ban (c’est mon côté snob ^_^) je le voyais enfin tel qu’il est et surtout, que j’étais presque prête pour ça.

Cet été, l’amour, l’amitié sont devenus plus  intenses, mes envies plus présentes et mieux assumées et même si je ne sais pas encore quels nouveaux chemins je vais suivre, je vois qu’ils sont là. L’ancien moi a donc légèrement paniqué devant cet inconnu qui arrive, d’où les angoisses…

Mais (retour au début de l’article) j’émerge enfin…Alors peut-être que cela ne sera qu’un pétard mouillé, peut-être que la spontanéité n’est pas encore pour moi mais j’ai la sensation que je progresse sur une nouvelle route, parfois c’est difficile, parfois on chute et on a du mal à repartir mais ce qui compte c’est de se remettre debout et de reprendre la route….

Bon lundi à tous à très vite

Publicités

Publié le 22 septembre 2014, dans Humeurs, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. on change d’époque et nous sommes juste un peu en avance 😉

    Aimé par 1 personne

  2. peut être la quarantaine…moi je mise sur l’air du temps ( ère du temps)….on cha

    J'aime

  3. Bonne route alors! Je tente depuis plusieurs années aussi, mais le choc est toujours aussi fort, et le mois de septembre toujours aussi terrible…

    J'aime

Quelque chose à me dire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :