Celle qui relisait de la poésie…ou pas !

L’autre jour à table avec l’homme, en discutant, je me suis rendue compte que je lisais souvent le même style de bouquins, même si depuis quelques temps je diversifie un peu mes lectures, cela reste assez limité.

J’ai eu une sorte de révélation : je ne lis plus de poésie, pire : en lire m’ennuie, je n’arrive plus à me connecter à ce genre. Et pourtant…pourtant je crois que je suis entrée dans la littérature, la vraie, grâce à la poésie. Pour commencer j’ai eu la présence d’esprit de ne pas noircir mes journaux intimes de vers infâmes, et puis j’ai été initiée…

Mme B. était ma prof de français de seconde, elle nous a obligé à apprendre par cœur un poème de Rimbaud, « le bateau ivre », 25 strophes, on devait connaître les 4 premières et les 4 dernières…C’était un choix audacieux, elle nous a évité « le dormeur du val », « ma bohème » « on n’est pas sérieux quand on 17 ans » et elle a eu raison !

Ce poème c’est un festival de sons, de couleurs, de sensations brutes, de lumière, d’espoir et de résignation…Après ça, il y a eu « une saison en enfer » « illuminations », puis Verlaine dont je peux encore réciter « mon rêve familier », Baudelaire « spleen et idéal ». Est ce parce que j’étais une adolescence un peu perturbée (pléonasme) que je me retrouvais dans ces poèmes ? Plus tard à la fac j’ai étudié Victor Hugo, mais la rencontre n’a pas eu lieu, je n’aimais pas sa poésie, pour moi ce n’était qu’un frimeur ! J’aurais pu le taguer sur les murs de ma fac de lettres !

Et pourtant 20 ans après ses vers me restent encore en mémoire et je me découvre bluffée par l’homme qui décide réécrire l’histoire de l’humanité, de ses mythes « la conscience » résonne toujours en moi…

Je crois  que la poésie que je lis aujourd’hui ne me « parle » tout simplement pas, j’ai lu peut-être lu trop de vers parfaits pour en apprécier d’autres à présent…

D’avoir eu cette discussion m’a néanmoins permis d’aller remettre le nez dans mes vers préférés, de retrouver un peu de l’émotion ressenti par cette ado qui cherchait les mots des autres pour traduire ses émotions…

Il ne me reste donc qu’à vous souhaiter un bon lundi et un bon début de semaine et pour vous accompagner quelques liens si vous voulez découvrir des poèmes fabuleux :

le bateau ivre, mon rêve familier, l’invitation au voyage, la conscience

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/arthur_rimbaud/le_bateau_ivre.html

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/paul_verlaine/mon_reve_familier.html

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/charles_baudelaire/l_invitation_au_voyage.html

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/victor_hugo/la_conscience.html

Publicités

Publié le 15 décembre 2014, dans Humeurs, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 9 Commentaires.

  1. je me souviens du « dorneur du val »
    je l’avais apprise en primaire
    et quand j’avais compris ce que signifiait les deux trous rouges dans sa poitrine, oh comme j’avais pleuré!!

    Aimé par 1 personne

  2. ce que j’aime faire c’est prendre au hasard deux ou trois recueils à la bibliothèque, juste pour le plaisir de découvrir ! Le plus drôle c’est que j’adore en écrire mais je n’ai aucune « théorie », c’est juste des boules d’émotions trop fortes pour moi la poésie….

    J'aime

  3. Le bateau ivre, Rimbaud, tout est dit, difficile mais beau 🙂

    Aimé par 1 personne

Quelque chose à me dire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :